Un bloc notes créé en janvier 2006 à vocation d'abord personnelle. Si cela en intéresse d'autres tant mieux sinon... tant pis !

jeudi 19 juillet 2018

n° 1163 : Le Musée Rockox d'Anvers

Le musée Rockox d'Anvers ++++ (n° 17 526)

Le 14 juillet 2018, j'ai visité le musée Rockox d'Anvers.

Ce que j'ai aimé :

1°) C'est un musée situé dans une ancienne maison patricienne du XVIIe siècle : la propriété de Nicolaas Rockox un maire d'Anvers au début du XVIIe siècle et la maison attenante qui était celle du peintre Frans Snyders. L'ensemble est superbe avec notamment une très belle cour intérieure.

2°) La collection est superbe avec les meilleurs peintres flamands et hollandais du XVIe et du XVIIe siècle : Rubens, Van Dyck, Snyders, son élève Fyt,...

3°) Il y a un système de cartel avec un tablette interactive qui est très bien fait.

Ce que j'ai moins aimé :

1°) Les tablettes pèsent un peu lourd. Il faudrait une lanière pour les porter. De plus, elles sont disponibles en hollandais, en allemand, en anglais mais pas en français. C'est un peu dommage même si personnellement ça ne m'a pas dérangé de prendre une tablette en anglais.

 Deux vues de la cour


Le hall d'accueil avec un tableau de Frans Snyders, Remise avec un chien et une tête de vache


Catharina Van Hemessen, Lamentation, XVIe siècle

Peter-Paul Rubens, Etude de vieille femme, vers 1615-1620

 Antoon van Dyck, Etude d'homme, vers 1618

 Antoon van Dyck, Frans Snyders et Margareta de Vos, vers 1621

 Frans Snyders, Nature morte avec lièvre, tasse et homard, vers 1613

Joannes Fyt, Vase avec fleurs, vers 1650-1661

Johannes Fyt, Concert d'oiseau, vers 1650

Abraham van Beyeren, Nature morte avec poissons, vers 1640-1650

Joos de Momper le jeune, Le voyage de Tobias (fin XVIe/ début XVIIe siècle)

Une perspective sur le tableau d'Abraham Janssens, La Concorde, la Charité et la Sincérité l'emportant sur la Discorde, vers 1622




mercredi 18 juillet 2018

n° 1162 : March Violets


March Violets de Philip Kerr +++I (n° 17 525)

Le 16 juillet 2018, j'ai fini de lire le livre de Philip KERR, March Violets, Pinguin, 2015, 1ère édition, Viking, 1989.

Ce que j'ai aimé :

1°) C'est un roman policier historique qui se passe dans l'Allemagne nazie en 1936. Historiquement cela tient très bien la route.

2°) L'intrigue est très bien menée. Jusqu'au bout, on est tenu en haleine et on est toujours surpris par les rebondissements.

3°) Le contexte de l'Allemagne nazie : la Gestapo, les camps de concentration, la déshumanisation est très bien rendu.

4°) Le protagoniste, Bernie Gunther, est très attachant.

Ce que j'ai moins aimé :

1°) Il y a parfois un sentiment de malaise à créer cette fiction dans un contexte aussi affreux. Ce réalisme de la vie dans le camp de concentration laisse malgré tout quelque chose d'insupportable par rapport à ce qu'ont vécu les Allemands à cette époque.

2°) Je trouve toujours ça assez bizarre les romans policiers dans lesquels les héros se retrouvent directement en contact avec les hommes de premiers plans de leur époque. Là Bernie Gunther réussit à se retrouve avec Goering puis Heydrich.

3°) Je trouve que Bernie Gunther a tendance a facilement tué les humains et les chiens. 



lundi 9 juillet 2018

n° 1161 : L'Inconnu du Pont Notre-Dame

L'Inconnu du Pont Notre Dame +++ (n° 17 516)

Le 6 juillet 2018, j'ai fini de lire le livre de Jean-François Parot, L'Inconnu du Pont Notre-Dame, Editions 10/18 2016, 1ère éditions Lattès, 2015.

Ce que j'ai aimé :

1°) C'est un livre que j'ai lu avec une certains émotion car c'est le 13e volume des aventures de Nicolas Le Floch que je lis. Or comme Jean-François Parot est mort il y a quelques semaines, il ne me restera plus que le 14e et dernier volume à lire.

2°) L'ouvrage se déroule en 1786 pendant la fin de l'affaire du Collier de la reine. Parot montre bien dans ce volume combien l'état d'esprit de la population avait changé par rapport à la reine (et aussi au roi).

3°) L'ouvrage évoque aussi le voyage du roi Louis XVI à Cherbourg en juin 1786. Le dernier moment où Louis XVI a eu l'impression d'être un roi aimé.

4°) L'ouvrage comporte une énorme révélation concernant les origines maternelles de Nicolas Le Floch. C'est ENORME !

5°) J'aime beaucoup la couverture de ce volume.


Ce que j'ai moins aimé :

1°) Je trouve la manière utilisée à la fin du roman pour faire avouer le criminel pour le moins saugrenue...


* Comptes rendus des précédents volumes lus depuis la création de ce blog (j'ai lu les premiers volumes qui se passent sous le règne de Louis XV avant le début de la publication de ce blog) :
- 27 janvier 2007 : Le sang des farines +++I
- 1er juin 2009 : Le cadavre anglais +++
- 18 mai 2011 : Le noyé du grand canal +++
- 12 avril 2017 : L'Honneur de Sartine  ++I
- 7 août 2017 : L'Enquête russe ++I
- 23 août 2017 :  L'année du Volcan +++
-  21 octobre 2017 : La pyramide de glace +




vendredi 6 juillet 2018

n° 1160 : Le Musée archéologique et historique d'Orléans


Le Musée archéologique et historique d'Orléans +++ (n° 17 513)

Le 30 juin 2018, je suis allé visiter le musée d'Archéologie et d'Histoire d'Orléans.

Ce que j'ai aimé :

1°) Ce petit musée est situé dans un très bel endroit : l'Hôtel Cabu, un édifice de la Renaissance.

2°) Ce musée possède un magnifique trésor gallo-romain (pas forcément très bien mis en valeur) : des objets en bronze gallo-romain de Neuvis-en-Sullias. Il ya par exemple une statue de cheval qui est vraiment superbe.

3°) Le musée possède aussi quelques objets qui permettent d'évoquer l'Histoire d'Orléans, par exemple des enseignes de magasins, des maquettes de bateaux qui remontaient la Loire qui ne sont pas inintéressants.

4°) Le musée possède un meuble très rare dont je n'avais jamais entendu parler : un coffre dit du Sacre de Louis XI et qui date de la 2e moitié du XVe siècle.

5°) J'ai trouvé le personnel du musée vraiment très accueillant.

6°) Le billet est combiné avec celui du Musée des Beaux Arts.

Ce que j'ai moins aimé :

1°) Il y a une expo un peu fastidieuse sur Boutet de Monel et le récit dessiné de la fin du XIXe siècle dont il y est l'auteur. Ce n'est pas inintéressant mais il est dommage de reléguer le trésor gallo-romain au 2e étage.

Cheval, époque gallo-romain (1er siècle avant/ 1er siècle après J.-C.), Neuvy-en-Sullias


Statue d'Esculape, 1er siècle après J.-C.

 Coffre dit du sacre de Louis XI, vers 1480.


Une enseigne du début du XVIIe siècle : "Au port de Gibraltar"

Bateau à vapeur "Ville de Nantes", lancé en 1840





jeudi 5 juillet 2018

n° 1159 : Le musée des Beaux Arts d'Orléans


Le Musée des Beaux-Arts d'Orléans ++++ (n° 17 512)

Le 30 juin 2018, j'ai visité le Musée des Beaux-Arts d'Orléans.

Ce que j'ai aimé :

1°) Je n'avais jamais visité ce musée, or il possède une collection exceptionnelle, notamment pour ce qui est des peintures. La partie a été rénovée et la présentation est vraiment très intéressante.

2°) Les cartels pour la plupart des œuvres sont à la fois complets et très pédagogiques.

3°) Les collections permettent de voir les œuvres d'un très grand nombre de portraitistes notamment des XVII et XVIIIe siècles.

4°) Une salle est consacrée aux collections venues du château de Richelieu. C'est une salle vraiment magique.

Ce que j'ai moins aimé :

1°) L'escalier est affreux. Dans le pire goût des années 1970/1980.

2°) On risque parfois une overdose concernant deux peintres qui ont beaucoup œuvré à Orléans : Jean-Baptiste Perronneau et surtout Léon Cogniet (qui est une des grandes stars du musée).

3°) Les cartels sont situés au niveau du sol. C'est parfois usant à lire car il faut toujours se pencher pour lire les intéressants commentaires.

4°) Les collections sont très light en ce qui concerne la 2e moitié du XIXe siècle et le XXe siècle (à part deux superbes œuvres : une de Boudin, une de Courbet).

 La salle où sont exposés des œuvres venues du château de Richelieu

Une des salles XVIIIe avec à gauche quatre bustes de la série des Hommes illustres par Houdon

L'affreux escalier...

Bartholomäus Bruyan le vieux (1493-1555), L'adoration des Mages, (la Renaissance allemande)

Bartlommeo Brandini, dit Baccio Brandinelli, La flagellation, vers 1532 (La Renaissance florentine)

 Attribué à Claude Deruet, Louis XIV enfant, vers 1642-1643

Guido Reni, David tenant la tête de Goliath, Je trouve que cette version est meilleure que celle du Louvre qui date de vers 1604-1606

Hendrick Cornelisz Van Vliet, Intérieur de l'Oude Kerk à Delft, vers 1640

Jacob Isaacksz van Ruysdael, Paysage avec un troupeau sur une passerelle, vers 1650-1655 (dépôt du Louvre)

Pierre Patel, Paysage avec des ruines, vers 1655

Hyacinthe Rigaud, Portrait d'Augustin de Maupeou, vers 1710-1711

Atelier de Hyacinthe Rigaud, Portrait d'homme, vers 1705-1710

Nicolas de Largillierre, Portrait de Joseph Laisné, vers 1710

Nicolas de Largillierre, Autoportrait, vers 1726-1729

Pierre Subleyras, Un diacre portant un chandelier, vers 1743

Jean-Baptiste Perronneau, Aignan-Thomas Desfriches, vers 1751. Un des très très nombreux Perronneau du musée d'Orléans.

 Louis Tocqué, Portrait de Nicolas de Lucker, 1749 (mon portrait préféré dans ce musée)

Elisabeth-Louise Vigée-Lebrun, Portrait de Madame Lesould, 1780

Alexander Roslin, Portrait de Louis-Jean-Marie Daubenton, 1791

Martin Drölling, Portrait de Michel Belot, beau-père de l'artiste, 1791


Léon Coigniet, Etude d'homme, vers 1812-1815

 Léon Coigniet, Jean-Sylvain Bailly proclamé maire de Paris le 16 juillet 1789, esquisse pour le décor de la Salle du trône de l'Hôtel de Ville de Paris, 1836

Léon Coigniet, Scène de Juillet, peint... après Juillet 1830

Léon Coigniet, Les drapeaux, Après juillet 1830

 Gustave Courbet, La vague, 1870

 Louis-Marie Boutet de Monvel, La barricade, Scène de la Commune, 1875

Eugène Boudin, Paysage à Saint-Valéry-sur-Somme, 1891

Ossip Zadkine, Le compositeur ou Le violoncelliste, 1935